Le père incestueux condamnée par la cour d’assises de Beauvais.

Un père de famille de 43 ans a été condamné pour des agressions sexuelles sur sa fille et sa nièce.

Un délibéré aussi rapide que l’éclair n’est jamais aussi vite arrivé au Palais de Justice de la section Assise de Beauvais. Un père a été reconnu coupable d’agressions sexuelles sur sa fille et sa nièce. Il a été condamnée à une peine de 8 ans d’emprisonnement. Pas assez selon l’avocat des parties civiles. Le parquet hésite à faire appel de la décision.

 «  La vérité, c’est que la victime a été violée par son père. C’est un viol incestueux. C’est la réalité même si les faits ne sont pas qualifiés ainsi devant le tribunal  », tance Justine Gay, le substitut du procureur, dans son réquisitoire.

La petite fille racontera à son éducateur courant de l’été 2014 les sévices pervers et sexuels qu’elle a subis par son père. C’est d’ailleurs difficile à croire pour l’éducateur, mais il alertera les services du parquet.

Elle explique que, lors de vacances en Charente-Maritime, son oncle paternel a commencé à la toucher et lui caresser les parties intimes. Une nuit, la jeune fille, âgée de 13 ans à l’époque des faits, a été invitée à passer la nuit dans la chambre de l’homme et son épouse. Sous les yeux de la jeune fille, le couple a eu une relation sexuelle. Et l’homme aurait incité, en vain, l’adolescente à lui prodiguer une fellation, en prenant exemple sur l’épouse. À la barre, le prévenu admet à demi-mot les faits en ponctuant ses phrases de «  Je ne sais plus, je ne me rappelle plus  ». (Extrait du courrier picard).

Les experts tendent à indiquer à la cour d’un fonctionnement pervers du père. Il niera les faits. Sauf que les enquêtes ont démontré que le père n’en était pas à sa seule victime mais que sa nièce aussi subissait ces attitudes salassent.

Et pas que… La mère savait mais se taisait… 

Le père n’est pas le seul à la barre, il y a aussi la mère de l’enfant, qui elle a été condamné à une peine de 18 mois avec sursis pour son silence absolu dans l’affaire malgré ces négations. Elle nie en bloc les accusations faites contre son mari et elle-même, en avouant du bout des lèvres que son mari lui a confiée plusieurs fois avoir de l’attirance pour les jeunes filles. Le père s’est désolé de ces agissements, et admet avoir gâché la vie des petites filles… Pas sûr qu’elle lui pardonne… L’essentiel c’est qu’il se trouve derrière les barreaux aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.