Un bébé meurt lors d’un transfert sur un bateau secours en Méditerranée

 

Le nourrisson avait de la fièvre et souffrait de malnutrition.

Un petit Erythréen, âgé de trois mois, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à bord du Proactiva Open Arms, le navire d’une ONG catalane qui s’évertue à sauver les réfugiés des eaux de la Méditerranée.

Mardi, l’équipe médicale du Proactiva avait bien repéré que la vie d’une jeune femme de 18 ans était en danger après un accouchement difficile. Elle et son bébé de quatre jours avaient été évacués dans la soirée. Mais, dans la confusion des opérations de secours, le médecin ne s’est pas rendu compte que parmi les 28 bébés arrivés à bord, l’un d’entre eux était dans un état grave, souffrant de malnutrition et d’une forte fièvre. Le petit Haid Haman est décédé dans la nuit, alors que le Proactiva demandait en vain une évacuation pour le mercredi, relate Laura Lanuza, porte-parole de l’ONG espagnole.

Les garde-côtes italiens n’étaient pas joignables jeudi pour savoir pourquoi l’évacuation n’a pas eu lieu. En revanche, un jeune homme a pu être évacué par hélicoptère du Sea-Watch 3 à 3h, de même qu’une jeune femme sur le point d’accoucher sur le Proactiva jeudi dans la matinée.

Enveloppé dans un sac mortuaire, le bébé a rejoint le corps d’un autre bébé et d’un jeune homme retrouvés morts mardi sur la barque surchargée secourue par Proactiva et placés, faute de mieux, sur un canot tracté par le navire.

Au cœur de l’hiver, les ONG qui secourent les réfugiés en Méditerranée font face à des conditions difficiles, d’autant qu’elles manquent de bateaux. « C’est l’une des situations les plus difficiles auxquelles nous ayons eu à faire face jusqu’à présent », commente Laura Lanuza.

Une situation « extrêmement périlleuse »

Le Proactiva Open Arms et le Sea-Watch 3, qui ont recueilli respectivement 315 et plus de 400 migrants, sont trop petits pour affronter avec autant de monde à bord le vent et les vagues sévissant actuellement au sud de la Sicile. Les bateaux doivent attendre à l’abri des côtes tunisiennes que le temps se calme.

« Les navires de sauvetage ont atteint les limites de leur capacité, des cargos sont déroutés vers le Sud pour prêter assistance », explique Klaus Merkle, le coordinateur des sauvetages à bord de l’Aquarius, affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, qui est arrivé ce jeudi à Catane (Sicile) pour débarquer 505 migrants secourus mardi.

« Cette situation extrêmement périlleuse risque de continuer dans les jours à venir », insiste-t-il, ajoutant que l’Aquarius allait repartir immédiatement dans la zone des secours.

Source AFP via le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.