Essonne : Vols répétés au sein du tribunal par les agents. INSOLITE

Nos confrères du Parisien relatent une extraordinaire enquête diligentée par le Parquet de l’Essonne.

Après six mois d’enquête, les policiers ont finis par mettre la main dans le pot de confiture sur ce qui se jouait au tribunal d’EVRY. Les agents de sécurité et de contrôle avaient imaginé une combine simple et astucieuse pour faire leurs emplettes, lorsque les particuliers entraient au tribunal d’EVRY, et passaient les sacs dans le scanner d’entrée qui était installée dans le cadre du plan Vigipirate. C’est là que leur stratagème se mettra en place.

A l’aide des rayons X, ils repéraient l’endroit où se trouvait l’argent de ces pauvres usagers.

« Ils faisaient croire que le sac passait mal, la personne passait sa main au niveau des bacs et subtilisait en quelques secondes quelques billets dans le portefeuille qui était forcément laissé apparent », relate une personne convoquée dans le cadre de cette affaire.

« Je n’ai jamais vu ça en quinze ans. Je ne pensais même pas que c’était possible. » Un employé du tribunal d’Evry, au courant des récentes interpellations au sein du service d’ordre placé à l’accueil de la bâtisse, est estomaqué. En décembre, trois agents de la société privée S3M, chargés du contrôle des sacs à l’entrée du tribunal, ainsi que deux policiers adjoints de sécurité, qui les aident dans cette tâche renforcée depuis les attentats, ont été placés en garde à vue pour vols.

Le parquet n’a pas souhaité commenter cette affaire très gênante pour eux comme pour l’image de la justice.

Des procédures disciplinaires sont en cours et l’enquête est probablement loin d’être terminé. On comprend mieux pourquoi le Parquet d’EVRY refuse de nous en dire plus. Ce ne serait pas le seul cas en France.


Des faits similaires sur Montauban ? 

Les greffiers étaient mis en cause dans une affaire d’escroquerie

Poursuivies et jugées il y a un mois pour avoir détourné plus de 75000 euros au greffe du tribunal de commerce de Montauban, les deux secrétaires du greffe  suspectées viennent d’être condamnées à 8 mois et 1 an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Montauban.

L’affaire, particulièrement sensible, a été traitée dans la plus grande discrétion. Deux assistantes du greffe du tribunal de commerce de Montauban ont été placées en garde à vue, jeudi, dans les locaux des services de la police judiciaire de Toulouse. La justice * soupçonne ces deux femmes d’avoir détourné pour elles de très importantes sommes d’argent en espèces versées au greffe de la juridiction montalbanaise dans le cadre de procédures, au lieu de les enregistrer normalement dans la comptabilité. Le montant de l’escroquerie s’élèverait à 75 000 €.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.