Mayotte : un policier condamné pour avoir inventé une agression

Pour dissimuler le vol de son arme de service, ce fonctionnaire des services de renseignement intérieur avait élaboré un scénario rocambolesque.

Brutalisé, bâillonné, dévalisé. Dimanche dernier, un policier en poste à Mayotte était découvert par des collègues, dans les locaux de la DGSI. Ce fonctionnaire de 25 ans leur a alors raconté avoir été victime d’une agression violente, doublée d’un cambriolage.

Trois malfrats cagoulés « l’auraient appréhendé, auraient sectionné le câble de la caméra (de surveillance des locaux, NDLR) et l’auraient bâillonné et attaché à un évier, explique le procureur de Mayotte, Camille Miansoni. Ils se seraient ensuite emparés d’une mallette contenant des armes et des munitions ».

Le récit du policier présentait des incohérences et invraisemblances, débusquées par les enquêteurs de la gendarmerie. « Au terme des investigations complémentaires, il a ni par reconnaître qu’en réalité, il a été lui- même victime du vol de son arme de service samedi et, se trouvant en difculté par rapport à ce fait, il aurait inventé ce scénario de cambriolage qu’il a livré aux enquêteurs », a encore expliqué le procureur, au cours d’une conférence de presse au Tribunal de Grande Instance de Mamoudzou.

Le fonctionnaire, qui n’avait pas d’antécédents judiciaires, a été déféré mardi au parquet selon la procédure de « plaider coupable ». La justice lui a proposé une peine, qu’il a accepté : 12 mois de prison avec sursis et 3 ans d’interdiction d’exercer une fonction publique, pour dénonciation de crimes imaginaires et vols aggravés. Il ne pourra plus porter une arme soumise à autorisation.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »