La famille de Théo, 14 ans, disparu à Lens, refuse de perdre espoir et continu les recherches

Cet adolescent a disparu subitement le 27 mai à Lens (Pas-de-Calais). Alors que les investigations restent infructueuses, les parents de Théo refusent de se décourager.

Le nouvel appel à témoins lancé mercredi 18 juillet par la police judiciaire de Lille (Nord) résonne comme une mauvaise nouvelle pour Isabelle Hallez, la mère de Théo, introuvable depuis le 27 mai. Elle ouvre l’article de France 3 Hauts-de-France et le lit à voix haute : « La brigade criminelle travaille notamment l’hypothèse d’un enlèvement, d’une séquestration, voire pire. »

Malgré les nombreuses auditions et gardes à vue effectuées, la police judiciaire de Lille n’a toujours aucune piste. Elle répète qu’elle privilégie la thèse criminelle, sans toutefois pouvoir écarter définitivement l’hypothèse de la fugue du garçon de 14 ans.

Disparition devant la maison familiale

Pourtant, Eric et Isabelle, les parents de Théo, et leurs deux autres garçons Kevin et Anthony, ne perdent pas espoir. Cela fait bientôt deux mois qu’ils recherchent leur fils sans relâche. « Dès qu’on croise un groupe de jeunes, on le cherche des yeux, on ne pense qu’à ça », confie sa mère. « On espère le revoir au plus vite, on l’aime très fort, il nous manque », ajoute Isabelle.

Théo a disparu brutalement, sans laisser de trace. Quand le jeune adolescent rentre de la boîte de nuit « Le Purple », à Loison-sous-Lens, dimanche 27 mai entre 5 heures et 5h30 du matin, Isabelle Hallez l’aperçoit par la fenêtre avec son ami et voisin de 25 ans.

Elle enjoint son fils de rentrer car il est tard, mais celui-ci lui répond qu’il ramène d’abord son camarade (chez lui, à une cinquantaine de mètres de l’appartement des Hallez). Isabelle Hallez se retourne pour préparer un café, allume une cigarette, puis repasse la tête par la fenêtre : l’ami est rentré, Théo s’est volatilisé.

Son ami n’a aucun souvenir

Depuis, les Hallez sont sans nouvelles de leur fils. Son téléphone portable a borné pour la dernière fois le même jour vers 7 heures et demie du matin, à Vendin-le-Vieil, à 5 km de chez lui, mais ne s’est jamais rallumé selon Isabelle : « On continue d’appeler, on a toujours espoir qu’il décroche. »

-

De ce silence, la police comme les Hallez en déduisent un acte criminel. De toute façon, le couple ne croit pas une seconde à une disparition volontaire. « Jamais il n’a fugué, jamais il n’a passé une journée sans m’appeler. Et puis il n’avait rien dans les poches. Juste son portable et ses clés », témoigne Isabelle Hallez.

Quant à son ami, il ne se souvient de rien. Ni de la soirée, ni du retour chez lui. Celui-ci a même accepté d’avoir recours à l’hypnose afin de retrouver la mémoire. « On s’est dit qu’il y avait peut-être des éléments dont il ne se souvenait pas », avait alors confié Kevin Hallez à France 3.

Mais la tentative s’est révélée infructueuse, et le jeune homme a répété ce qu’il avait déjà dit aux enquêteurs. Une déception de plus pour les époux Hallez.

Des « voyantes » enquêtent

Alors ils cherchent. Partout. Un peu à l’aveugle : « On a fouillé tous les entrepôts désaffectés, les maisons abandonnées, les squats autour de Lens », relate le père de Théo. « On a fait trois ou quatre mille kilomètres pour essayer de le trouver », estime-t-il.

Même en plein milieu de la nuit, dès que Théo est signalé quelque part, Eric Hallez ou les frères de Théo sautent dans leur voiture. Malheureusement aucune piste ne s’avère sérieuse. Pire, des personnes mal intentionnées profitent de leur détresse.

« Au début, on suivait les indications des gens sur Facebook, raconte Éric. Et puis des voyantes, des médiums se sont mis à nous contacter : Théo est ici, Théo est là… L’une d’entre elles nous a dit qu’elle avait aidé à trouver la petite Maëlys. C’est des conneries, mais on se raccroche à tout, pour 20 conneries on peut toujours tomber sur une bonne piste. On en a même contacté deux nous-mêmes. »

Sur conseils de « médiums », les Hallez sont allés chercher leur fils jusqu’à Bruxelles et Anvers, en Belgique, ou encore à Sarcelles (Val-d’Oise)…

Battues dans tous les parcs de Lens

Lorsque des Lensois ont commencé à organiser des battues (notamment dans le parc de la Glissoire à Avion, dont le lac avait été sondé par la police), des médiums s’en sont mêlés pour les guider. Sur leurs consignes, ces citoyens compatissants ont fouillé tous les parcs de la ville, scruté les cours d’eau, les champs avoisinant le Purple, et sont même allés jusqu’à fouiller une ancienne mine, non loin du centre-ville.

Les recherches officielles, elles, se poursuivent. La police (en témoigne le nouvel appel à témoins) fait tout son possible. La famille de Théo et les habitants de Lens continuent de chercher jour après jour le jeune disparu même si l’affaire semble un peu tombée dans l’oubli.

« On ne parle plus de lui nulle part. Donc les gens pensent qu’on a abandonné », observe le père. Mais à Lens, personne n’a baissé les bras.

D’après le Parisien 

1 thought on “La famille de Théo, 14 ans, disparu à Lens, refuse de perdre espoir et continu les recherches

  1. Cet ami et voisin de 25 ans est-il fiable ? Il est très étonnant qu’il ne se souvienne de rien, même de la soirée, ni du retour chez lui. Quels étaient leurs relations réelles entre eux deux ?
    Théo ne serait-il pas rentrer chez son ami et n’en serait jamais ressort ….?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.