Affaire Maëlys : Une nouvelle autopsie fragilise les aveux de Nordahl Lelandais

Nordahl Lelandais prétend que la mort de Maëlys en août 2017 était accidentelle. Or, il a été confronté ce mardi 3 juillet à des nouveaux résultats d’autopsie qui contredisent cette version des faits.

Alors que Nordahl Lelandais a avoué le meurtre de la petite Maëlys, de nombreuses questions sont toujours en suspens. Ainsi, l’ancien militaire a été confronté, ce mardi 3 juillet, à de nouvelles expertises médicales. Or, selon BFMTV une nouvelle autopsie ne corrobore pas la version qu’a donnée Nordahl Lelandais.

DES FRACTURES ANTE-MORTEM

Ainsi, plusieurs fractures auraient été relevées sur les ossements de la fillette alors que Nordahl Lelandais a indiqué ne lui avoir donné qu’un seul « coup de poing ». En outre, selon les résultats de ces nouveaux résultats, plusieurs fractures au niveau du crâne ont été constatées. Donc, les blessures seraient intervenues ante-mortem, et aucune n’a été mortelle. Ces constatations viennent contredire la version de Nordahl Lelandais, qui maintient que Maëlys est morte accidentellement. En effet, évoquant le 14 février dernier, « une gifle » de sa part, Nordahl Lelandais avait finalement reconnu avoir donné un seul « coup de poing » à la petite fille, lors d’une expertise psychiatrique réalisée le 13 avril.

Une version qui ne correspond donc pas avec l’autopsie réalisée sur le corps de la fillette. Selon BFMTV, les experts ont acquis la certitude qu’aucune des fractures qu’ils ont relevées n’est à l’origine de la mort. La fillette de 9 ans n’aurait donc pas succombé à un seul coup de poing comme Nordahl Lelandais l’affirme.

LA DÉFENSE DEMANDE UNE CONTRE-EXPERTISE

De plus, l’autopsie n’a pu déterminer les causes exactes de la mort de Maëlys. Ni établir si elle avait subi des violences sexuelles. En cause : l’état de décomposition du corps, retrouvé six mois après la mort de la fillette. Alors que l’ancien militaire était interrogé sur ces points par les juges ce mardi 3 juillet, la défense a déjà annoncé qu’elle demandait une contre-expertise.

Toujours détenu dans une unité psychiatrique dépendant de la prison de Lyon-Corbas (dans le Rhône), l’ancien militaire devait également être interrogé par Fabien Rajon, l’avocat des parents de Maëlys. En effet, pour la première fois, celui-ci a obtenu le droit de participer à l’interrogatoire. Et même de poser des questions au jeune homme mis en examen pour meurtre.

Par ailleurs, Nordahl Lelandais, déjà mis en examen pour le meurtre de Maëlys et l’assassinat d’Arthur Noyer, devait répondre d’une troisième affaire. En effet, il a été confronté pour la première fois à une vidéo pédopornographique. Celle-ci avait été retrouvée sur son téléphone portable. Selon les révélations des enquêteurs, il s’agirait de la cousine de Nordahl Lelandais, âgée de six ans. Les parents de la petite fille ont porté plainte pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »