Remaniement : Rugy remplace Hulot à l’Écologie, Roxana Maracineanu nommée ministre des Sports

Une semaine après la démission brutale de Nicolas Hulot et quelques heures après celle de Laura Flessel, l’Élysée a annoncé mardi 4 septembre midi le nom de leurs remplaçants. 

Le président de l’Assemblée nationale François de Rugy a été nommé ce mardi ministre de la Transition écologique et solidaire en remplacement de Nicolas Hulot, a annoncé l’Élysée.

Il succède à Nicolas Hulot, qui avait brutalement démissionné la semaine précédente. Âgé de 44 ans, il obtient pour la première fois un portefeuille ministériel. Ancien adjoint du maire de Nantes, il avait rompu en août 2015 avec EELV avant de soutenir Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. 

L’Élysée a également annoncé la nouvelle ministre des Sports, Laura Flessel ayant démissionné dans la matinée. Il s’agit de la nageuse Roxana Maracineanu. Née le 7 mai 1975 en Roumanie, c’est une ancienne championne du monde du 200 mètres dos. Elle s’était vu confier une mission pour réduire le nombre de noyades en juillet par le Premier ministre Édouard Philippe. 

Alors que certains s’interrogeaient sur un remaniement plus large, aucun autre changement au sein du gouvernement n’a été annoncé. 

La nomination qui fait jaser

Nommé ce mardi ministre de la Transition écologique et solidaire en remplacement de Nicolas Hulot, François de Rugy quitte la présidence de l’Assemblée nationale. Sa nomination fait réagir.

 

Âgé de 44 ans, François de Rugy a été élu député de Loire-Atlantique en 2007 et 2012 avec le soutien du PS.

Sous l’étiquette des Verts, il a assuré la coprésidence du groupe écologiste à l’Assemblée jusqu’à la dissolution du groupe en mai 2016. Il avait participé en janvier 2017 à la primaire de la gauche en vue de l’élection présidentielle. Défait, il a rejoint le camp présidentiel et a été réélu député sous la bannière LREM.

Pour le premier questeur de l’Assemblée, Florian Bachelier, son entrée au gouvernement « est le signal que la transformation écologique entreprise il y a plus d’un an demeure une priorité pour le gouvernement. »

« Je veux être dans une forme de bienveillance », a réagi sur franceinfo ce mardi midi David Cormand, secrétaire national d’EELV. « Je connais bien François de Rugy, il est le tenant d’une écologie qui lui définirait comme pragmatique », a indiqué David Cormand ajoutant rester « lucide ».

Sur franceinfo toujours, la réaction d’Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris est plus tranchée : « C’est dommage pour l’écologie parce que l’écologie a besoin de vrais combattants, des gens qui y croient vraiment »« Monsieur de Rugy est l’homme des compromis, parfois des compromissions. Il a été Europe Écologie-Les Verts, puis il a rejoint le PS puis monsieur Macron », a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, Greenpeace France a fait part de son mécontentement. Jean-François Julliard, son directeur général, a dit douter de la « capacité » de François de Rugy à « réellement peser dans ce gouvernement »« Il est à craindre que le nouveau ministre appliquera la politique d’Emmanuel Macron sans état d’âme, et suivra la voix de son maître ».

« S’il veut être crédible, François de Rugy doit obtenir des avancées », a déclaré Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement sur BFMTV. « C’est un coup porté à l’équilibre des pouvoirs », a estimé sur la même chaîne l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy Éric Woerth.

« Je ne vais pas regretter » François de Rugy à la présidence de l’Assemblée nationale, a lancé sur BFMTV le député La France insoumise Éric Coquerel avant que le chef de file des députés de son parti, Jean-Luc Mélenchon, ne publie sur Twitter : François de Rugy « devient ministre des apparences écologiques ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »