Affaire Maëlys : Le frère de Nordahl Lelandais s’exprime dans une interview accordée au Parisien

Sven Lelandais, frère du principal suspect dans les meurtres d’Arthur Noyer et de la petite Maëlys, s’est exprimé ce lundi pour prendre la défense de ce dernier. Pour lui, les décès sont « accidentels » et Nordahl « n’est pas un tueur froid ».

Alors que Nordahl Lelandais, mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys et l’assassinat du caporal Arthur Noyer, a été entendu la semaine dernière par les juges à Grenoble, a été entendu la semaine dernière par les juges à Grenoble, son frère Sven prend publiquement sa défense, dans une interview donnée ce lundi au Parisien.

« L’intention de Nordahl n’était pas de donner la mort, loin de là », affirme-t-il.

Aussi bien dans l’affaire Noyer que dans l’affaire Maëlys, le frère du suspect soutient la thèse de l’accident :

« Pour la petite Maëlys, j’ai entendu dire qu’elle a crié dans la voiture. Ensuite il y a une claque et la tête qui rebondit au niveau de la tempe sur un endroit dur de la portière, j’imagine que cela a pu se passer comme ça. […] Pour le caporal Noyer, il était ivre en sortant de discothèque. […] Cela s’est peut-être mal passé dans la voiture. Ils sont sortis du véhicule, il y a eu une bagarre et Arthur Noyer est mal retombé. C’est malheureusement accidentel ».

« J’ai le sentiment que Nordahl n’était pas tout seul »

Le frère de l’ex-maître-chien refuse de croire à la culpabilité de ce dernier : « Quelque chose d’irrationnel s’est produit. Je ne dis pas que Nordahl est un ange. Mais c’est un homme normal. Il n’a pas pu commettre une chose aussi horrible volontairement. Ce n’est pas possible. Ce n’est pas un tueur froid, ni un tueur en série, comme j’ai pu l’entendre ».

Il évoque aussi une éventuelle complicité : « J’ai le sentiment que Nordahl n’était pas tout seul. Je n’ai pas d’éléments concrets pour l’affirmer, mais c’est une conviction ».

Concernant les soupçons d’agression sexuelle dont Nordahl Lelandais fait l’objet, son frère Sven déclare : « Je sais que Nordahl n’est pas comme ça. Après, si j’apprends un jour le contraire, ce n’est pas pour ça que je vais le traiter de monstre et lui tourner le dos ».

Il affirme pourtant « comprendre » la réaction des familles des victimes : « Perdre un proche, c’est horrible. Je comprends aussi que les familles de Maëlys et d’Arthur en veuillent énormément à Nordahl. En revanche, en ce qui concerne ma famille, on n’y est pour rien. Moi, avec tout ça, je n’arrive plus à trouver du travail dans la région ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.