Pharos : Le 17 du Web qui a permis de stopper la diffusion de la vidéo de la jeune fille violée

Le « 17 du web » a permis de couper rapidement , il y a une semaine la vidéo d’une jeune fille violée diffusée sur les réseaux sociaux. La Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements (Pharos) est entrée en action après le signalement de plusieurs internautes concernant les messages particulièrement inquiétants des internautes qui relayaient une vidéo sur Twitter et en provenance de snapchat.

Mais les internautes ont partagé cette vidéo en nombre ce qui constitue une infraction de complicité qui peut-être poursuivi par la justice.

C’est grâce à cela que la plateforme Pharos, qui est rattachée au pôle cybercriminalité de la police judiciaire, est intervenue pour signaler une urgence sur le contenu de cette vidéo diffusée sur Twitter afin d’obtenir des informations déterminantes dans cette affaire, et qui permettra l’ouverture d’une information judiciaire par le parquet toulousain. 

150.000 signalements chaque année

Les signalements, qui peuvent être déposés directement sur le site internet-signalement.gouv.fr, permettent aux internautes d’alerter les autorités sur des contenus qu’ils considèrent illicites ou choquants. Pour cette seule affaire, pas moins de « 405 signalements d’internautes » ont été recensés, explique sur Véronique Chambon, vice-présidente du pôle cybercriminalité de la police judiciaire.

Chaque année, 150.000 signalements sont traités par la plateforme. La majorité concerne des escroqueries et de la pédopornographie. En 2017, 256 signalements ont donné suite à des urgences vitales comme celles de ce dimanche à Paris. Si le système est efficace, Véronique Chambon rappelle que « rien ne vaut le 17 (numéro de téléphone de la police) quand vous connaissez la personne en danger. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.