Charlène Cotte comparaît depuis lundi devant la cour d’appel de Paris pour la mort de son fils Bastien, 3 ans, tué avoir été enfermé dans une machine à laver par son père, en 2011.

Le père, Christophe Champenois, avait écopé de 30 ans de prison pour « meurtre aggravé » et n’a pas fait appel. 

Les faits s’étaient déroulés le 25 novembre 2011 dans l’appartement familial de Germigny-l’Évêque, en Seine-et-Marne. 

Pour punir son fil d’avoir jeté dans les toilettes de l’école le dessin d’une camarade de classe, son père l’avait enfermé de force dans le lave-linge. Il avait allumé sur le mode essorage puis lavage.

Il y était resté enfermé durant 45 minutes pendant que son papa était sur son ordinateur et que sa mère faisait un puzzle avec Maud, leur fille aînée alors âgée de 5 ans. 

Les parents de Bastien avaient ensuite cherché à maquiller leur crime en accident, Charlène Cotte allant même jusqu’à déshabiller son fils pour faire croire qu’il s’était noyé dans son bain. 

Le verdict sera connu en fin de semaine. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.