Accusations de viol : l’avocat de Ronaldo parle d’une relation « complètement consentie »

La star portugaise a récemment été rattrapée par cette affaire qui remonte à près de dix ans. Des médias ont notamment publié des extraits supposés d’un accord que le joueur aurait signé avec la plaignante.

« Ronaldo est contraint de briser le silence ». L’avocat de Cristiano Ronaldo revient ce mercredi sur les accusations de viol qui pèsent sur l’international portugais aux Etats-Unis.

Selon Peter Christiansen, le footballeur « nie fermement toutes les accusations […]. Ce qui est arrivé en 2009 à Las Vegas a été complètement consenti », affirme-t-il dans un communiqué envoyé par Gestifute, la société qui gère la carrière du joueur de la Juventus de Turin.

La star portugaise a été rattrapée par cette affaire qui remonte à près de dix ans la semaine dernière. La police de Las Vegas a alors ouvert une enquête sur les accusations portées par Kathryn Mayorga, 34 ans aujourd’hui, qui affirme dans une plainte au civil que le footballeur l’a violée le 13 juin 2009.

« Crime abominable »

Ronaldo avait déjà « vigoureusement » démenti ces accusations, expliquant que le viol était « un crime abominable ». Des médias ont, depuis, publié des extraits supposés d’un accord que le joueur aurait signé avec la plaignante.

« Cristiano Ronaldo ne nie pas qu’il a accepté de sceller un accord » mais « les documents qui sont censés contenir des déclarations de Monsieur Ronaldo et qui ont été reproduits dans les médias sont de pures inventions », selon l’avocat du joueur.

« Pas un aveu »

« Cet accord ne constitue pas un aveu », souligne-t-il par ailleurs. « Ronaldo s’est limité à suivre l’avis de ses conseillers afin de mettre un terme aux accusations scandaleuses portées à son encontre » et qui « ruinent sa réputation », ajoute l’avocat.

« Malheureusement, il est impliqué à présent dans un genre de contentieux très commun aux Etats-Unis », estime l’avocat, qui regrette qu’en véhiculant ces informations, les médias participent à une campagne de « diffamation ». « Ronaldo est confiant sur le fait que la vérité prévaudra » et que les lois de l’Etat du Nevada « seront respectées », conclut-il.

Avec AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Translate »