Grenoble : Nordahl Lelandais a été interrogé de nouveau par les juges pour le viol de sa cousine

Le meurtrier présumé de Maëlys a été extrait de sa cellule ce vendredi matin pour un nouvel interrogatoire.

Nordahl Lelandais a été extrait ce vendredi matin de sa cellule pour être présenté aux juges d’instruction en charge de l’affaire Maëlys et de l’affaire de l’agression sexuelle sur sa très jeune nièce, selon les informations du Dauphiné Libéré.

Les magistrats l’ont entendu, selon le quotidien régional, dans le cadre de sa mise en examen pour l’agression sexuelle de la fille de sa cousine. Des faits qui se seraient produits sous son propre toit, une semaine avant l’enlèvement de Maëlys.

Les enquêteurs ont retrouvé dans le portable du suspect une vidéo montrant les gestes que Nordahl Lelandais a eus sur sa petite-cousine, âgée de 6 ans, alors que celle-ci était endormie.

Arrivé en début de matinée, sous escorte de la gendarmerie, au tribunal de Grenoble, l’ancien maître-chien de 35 ans en est ressorti vers midi dans un fourgon pour être reconduit dans sa cellule de la maison d’arrêt de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

Son dernier interrogatoire dans le cadre de sa mise en examen pour le meurtre de la fillette remontait au 3 juillet. Il avait alors fait valoir son droit au silence.

Plusieurs « cold cases » réouverts

Il y a près de treize mois, la petite Maëlys De Araujo, 8 ans, disparaissait lors d’une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère).

Lelandais a été rapidement suspecté, mais il a fallu six mois pour qu’il avoue le meurtre « involontaire » de l’enfant et conduise les enquêteurs aux restes de Maëlys, dans le massif de la Chartreuse.

Il a expliqué que Maëlys était montée dans sa voiture pour aller voir ses chiens et qu’il lui avait porté un coup au visage, mortel, parce qu’elle paniquait. Il a été mis en examen pour « enlèvement » et incarcéré le 3 septembre dernier, puis pour « meurtre » fin novembre.

Depuis, il a été également mis en examen dans deux autres dossiers, l’« assassinat » du caporal Arthur Noyer en Savoie, et l’ « agression sexuelle » d’une de ses cousines âgée de 6 ans.

Depuis les mise en examen de l’ex-militaire pour ces crimes commis en Rhône-Alpes, plusieurs procureurs ont décidé de rouvrir des dossiers non résolus, à la demande de familles désireuses de vérifier une éventuelle implication de Nordahl Lelandais.

D’après LP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.