Orne: Cinq ans de prison avec sursis pour la mère qui avait tenté de tuer ses enfants, la mère n’ira pas en prison

La cour d’assises de l’Orne s’est montrée plus clémente que l’avocat général ce mardi 25 septembre. La mère de famille qui avait administré des somnifères puis tenter d’étouffer l’un de ses enfants n’ira pas en prison.

L’avocat général a estimé que l’intention d’homicide était « évidente » qu’il y avait préméditation. Il a requis à son encontre une peine de six ans de prison ferme (elle encourait la réclusion criminelle à perpétuité). Lors de son procès la mère de famille a raconté qu’elle comptait mettre fin à ses jours après avoir tué ses enfants. Les faits se seraient déroulé après qu’un de ses fils, plus âgé et né d’une autre union, ait commis une agression sexuelle sur le garçon de 11 ans.

A 51 ans, cette femme était jugée devant la cour d’assises de l’Orne pour avoir tenté de tuer deux de ses enfants, lors des vacances de la Toussaint 2014. Elle avait fait ingérer des somnifères à son garçon de 12 ans et sa fille de 6 ans. Une fois endormis, elle avait entrepris d’étouffer son aîné avec un coussin mais ce dernier s’était réveillé, l’interrompant dans sa funeste entreprise.

« Qu’y a-t-il de plus grave, de plus dramatique que de voir une mère essayer de donner la mort à ses enfants ? » a démarré l’avocat général lors de ses réquisitions. Pour lui, « l’intention homicide était évidente » . La préméditation aussi.

 Prenant en compte sa « fragilité » , son parcours de vie, Le Procureur Général a volontairement proposé un quantum de peine inférieur à la peine encourue. « Mais il faut prendre les moyens qu’elle ne se retrouve pas dans une situation identique. »

La mère de famille a finalement été condamnée à une peine de cinq ans de prison avec sursis assortis d’un suivi sociojudiciaire de huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.