Malaisie : Condamnées pour homosexualité, elles reçoivent des coups de bâton

Deux femmes malaisiennes ont reçu des coups de bâton ce lundi, après avoir été condamnées pour avoir eu ensemble des relations sexuelles contraires aux lois de l’islam.

Deux Malaisiennes qui avaient reconnu avoir eu ensemble des relations sexuelles contraires aux lois de l’islam ont reçu ce lundi des coups de bâton, en application d’une peine prononcée par un tribunal islamique.

Elles ont reçu leur sentence à la Haute cour de la Charia de Kuala Terengganu, la capitale de l’Etat, a indiqué un responsable du tribunal. L’exécution de ce type de sanction n’est pas publique.

Un juge a lu la sentence avant que le châtiment ne soit infligé au moyen de bâtons fins, dans une salle d’audience bondée, selon un journaliste présent. Vêtues de blanc et coiffées d’un foulard islamique, les deux femmes assises sur un tabouret ont chacune reçu six coups de bâtons. La plus jeune a éclaté en sanglots.

Arrêtées en avril après avoir été découvertes dans une voiture

Les deux femmes, âgées de 22 et 32 ans, avaient été arrêtées en avril après avoir été découvertes dans une voiture sur une place publique de l’Etat très conservateur de Terengganu, dans le nord du pays.

Elles avaient plaidé coupable d’atteinte à une loi de l’islam et été condamnées à six coups de bâton et une amende de 3 300 ringgit (690 euros).

C’est, selon des activistes, la première fois que des Malaisiennes reçoivent la bastonnade pour avoir enfreint les lois de l’islam réprimant les relations homosexuelles.
Le système judiciaire en Malaisie est double, les tribunaux islamiques étant habilités à traiter les questions religieuses et familiales, ainsi que des affaires telles que l’adultère.

Pression sur la communauté LGBT

L’exécution de ce châtiment a entraîné un déluge de critiques d’organisations de défense des droits de l’homme qui dénoncent une détérioration de la situation de la communauté gay et lesbienne de Malaisie.

L’association malaisienne Women’s Aid Organisation s’est dite « scandalisée et horrifiée par cette grave violation des droits de l’homme ». « Des relations sexuelles entre deux adultes consentants ne devraient pas être considérées comme un crime, et certainement pas punies de flagellation ».

Un responsable du tribunal, Wan Abdul Malik Wan Sidek, a défendu ce châtiment, en affirmant qu’il n’était pas aussi dur que les bastonnades ordonnées pour d’autres crimes par les tribunaux civils malaisiens.

Aux termes de la loi islamique, les coups de bâtons en Malaisie sont infligés sur des condamnés totalement habillés et leur objectif est plus d’humilier que de provoquer une souffance physique.

L’arrivée au pouvoir après les élections de mai d’une coalition réformiste avait fait espérer une évolution positive pour la communauté LGBT locale, qui est confrontée depuis quelques années à une pression croissante en Malaisie, un pays dont la majorité de la population est musulmane.

Mais les ONG affirment au contraire que le climat s’est détérioré pour les homosexuels. Environ 60% des 32 millions d’habitants de la Malaisie sont musulmans.
Thilaga Sulathireh, du groupe de défense des droits des transgenres Justice pour les Sœurs, a estimé que cette condamnation contribuait au sentiment d’impunité pour les personnes responsables d’actes homophobes.

AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.