Lundi, dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, cinq députés LR se sont dits favorables à la PMA pour toutes les femmes.

Cinq députés Les Républicains se disent lundi favorables à la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes les femmes, refusant « d’être enfermés dans une posture hostile au progrès » et de voir la droite se « diviser » comme lors du débat sur le mariage pour tousPUBLICITÉ

Tribune

« Députés de droite, assumant les valeurs de notre famille politique, nous refusons d’être enfermés dans une posture hostile au progrès » et « dans une réflexion clivée qui serait une paresse intellectuelle nous consignant dans un refuge réactionnaire, archaïque et conservateur », écrivent-ils dans une tribune publiée lundi sur le site du Monde.

« Ce débat est une occasion pour la droite d’exprimer sa capacité à être en phase avec la société », poursuivent-ils, alors que la plupart des députés LR et UDI sont opposés à l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules.

Il « ne doit pas décrédibiliser la droite comme ce fut le cas lors de l’examen du projet de loi sur le PACS », ni la « diviser comme ce fut le cas lors de la loi sur le mariage pour tous », poursuivent les cinq signataires, Maxime Minot et Pierre Vatin, députés de l’Oise , Frédérique Meunier (Corrèze), Nadia Ramassamy (La Réunion), et Laurence Trastour-Isnart (Alpes-Maritimes).

Il « cristallisera le regard de l’opinion sur notre législature » et la droite « jouera sa capacité à incarner une vision politique progressiste… ou pas ! Nous ne pouvons manquer ce rendez-vous », jugent-ils en estimant que le choix qui sera fait « exprimera une conception de la droite du XXIe siècle ».

« Dix ou douze cosignataires » espérés 

Maxime Minot a expliqué avoir espéré avoir « plus de cosignataires », « dix ou douze ». « Beaucoup m’ont dit qu’ils soutenaient la démarche, mais en revanche prendre ouvertement position en faveur de la PMA c’est autre chose », a-t-il raconté, en précisant que certains ont dit ne pas pouvoir « se permettre de la signer, parce que le débat (au sein de LR) n’a pas encore eu lieu ».

Damien Abad, le vice-président du groupe LR à l’Assemblée nationale, avait indiqué fin septembre qu’il était « plutôt pour » une généralisation de la PMA, mais voulait « un débat » et « des garde-fous pour éviter les dérives ».

Le président du parti Laurent Wauquiez, hostile à l’extension de la PMA, juge de son côté « normal de laisser la parole à chacun sur un sujet qui touche autant à l’intimité », a-t-il confié dimanche au Parisien.

avec AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.