Les bébés Reborn sont des poupées ultra réalistes, au prix exorbitant, que les collectionneurs gardent précieusement chez eux et dont ils s’en occupent comme de vrais bébés. Les bébés personnalisés, qui ne diffèrent de vrais bébés que par l’absence de vie, peuvent aussi servir d’outil thérapeutique, comme c’est le cas avec Natasha Harridge qui en possède 13 et qui l’aident à faire le deuil des fausses couches de sa mère et de sa sœur. Regardez la vidéo pour découvrir la vie de Natasha avec ses bébés.

Collectionner les bébés Reborn peut être une thérapie

Damian accepte la passion quelque peu invasive de sa chérie, Natasha Harridge. Cette jeune femme encore de 19 ans, encore en apprentissage, possède une collection de 13 bébés Reborn. Elle a dépensé près de 6000 euros pour adopter ces bébés en plastique ultra réalistes. La famille se compose de Hannah, Sierra, Isiah, Holly, Aubrielle, Isabella, Japser, George, Otto, Fawn, Noah, Lucas, Autumn et Pablo. Elle a commencé sa collection en 2014, tombant amoureuse de ces poupées, bien que certains les trouvent « flippantes », de par leur ressemblance à de vrais bébés. Ce qui est le plus intriguant est le comportement qu’adopte les propriétaires de ces poupées, qui s’en occupe comme de vrais enfants.

Elle fait le deuil des fausses couches de sa famille avec les poupées

Au départ, Natasha n’avait que deux ou trois poupées chez elle. Mais en 2015 et 2016, sa mère et sa sœur font des fausses couches. La perte de son frère et de sa nièce va la marquer profondément, et elle va trouver des bébés de substitution auprès de ses poupées Reborn, qu’elle va se mettre à acheter. « Ma sœur et ma mère biologique ont fait des fausses couches et nous n’avons jamais pu rencontrer les bébés. Alors, quand je tiens les Reborn dans mes bras, je ressens ce que ça fait de tenir un bébé qui est en pleine forme physique. Il ne faut pas juger avant de connaître tous les faits. Il y a peut-être des raisons pour lesquelles les gens collectionnent les poupées », explique-t-elle pour se justifier auprès de ceux, dont des amis, qui ne comprennent pas sa lubie.

Peu de gens comprennent sa passion

Natasha est incomprise par ses parents et sa sœur, même si ceux-ci voient que ça lui fait du bien. Alors elle continue à s’occuper des poupées, de les promenerdans un landau, les changer, les coiffer. Elle fait des jeux de rôle et des mises en scène qu’elle filme avec Damian puis qu’elle poste sur Instagram et YouTube. « Je fais des recherches sur ce que font les bébés à tel ou tel âge et j’adapte mes jeux de rôles sur YouTube, pour que ce soit réaliste. Avant j’avais peu confiance en moi. Depuis que j’ai des bébés je suis plus sûre de moi et plus heureuse grâce à l’endorphine que ça me produit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.