C’est une histoire peu commune que celle de Sarah Schmid. C’est simplement celle de la vie et des vies. De la sienne, de celle de ses enfants. Elle les a mis au monde … 

Elle accouche dans son jardin

Primipare, Sarah avait décidé d’accoucher chez elle, suivie de près par une sage-femme. Mais la naissance ne s’est pas passée comme elle l’espérait : « Je n’ai pas aimé avoir une sage-femme. Et la naissance était longue et douloureuse. 15 heures de travail. »

15 heures de travail qui ont changé la vision de l’accouchement. La jeune Allemande en aura 5 autres après celui-ci. 5 autres enfants qui verront le jour … Chez elle. Dans son jardin, par exemple !

Ce qui est surprenant, dans son cas, n’est pas tant le fait qu’elle préfère ce type d’accouchement. C’est surtout que tous ont été filmés … Et postés sur le Net !

Des vidéos vues par 1,4 million de personnes

Sarah a aujourd’hui 36 ans et vient de donner naissance à son petit dernier … Cette fois encore, elle a posté tout le travail, l’accouchement ainsi que la délivrance sur son compte YouTube.

Si certains se voient « choqués » et lui disent que c’est « sans doute la chose la plus stupide » qu’elle puisse faire, elle, ne le voit pas de cet œil.

Si elle ne peut pas expliquer pourquoi elle a ressenti le besoin de partager la naissance de ses enfants, elle s’explique quand même : « une femme reste une femme. [L’accouchement] est la chose la plus naturelle du monde. Je ne trouve pas ça étrange »

Ses enfants également sont présents lors des naissances de leurs frères et sœurs. Pour la mère de famille, là encore, il est inutile de cacher les choses : elle estime qu’il serait très occidental de se cacher pour accoucher …

La chance de voir une naissance

La jeune femme explique que pour elle, ses vidéos sont, pour les autres, « une chance de voir une naissance, sans intervention [médicale]. C’est une chose rare à voir« .

Il faut avouer que Sarah a « étudié la médecine pour être docteur » et cela doit être pour elle assez rassurant. C’est ce qui lui permettrait de déceler les signes annonciateurs d’un éventuel problème.

Naissance libre

C’est comme cela qu’appelle Sarah sa manière d’accoucher. Une naissance loin de tout corps médical, en famille. Dans son jardin où, comme elle le dit, elle peut ressentir les choses : l’herbe sous ses pieds, la terre … Et peut être à la fois détendue et concentrée sur son travail.

Quoiqu’il en soit, nous ne pouvons que saluer son courage et sa détermination, dans le respect et l’amour. Deux termes qui collent parfaitement à cette famille d’un … Autre genre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.