«L’exploitation d’une caméra de la ville de Besançon a permis de mettre en évidence la présence d’un individu qui suivait la victime (…). L’exploitation plus fine de l’ensemble des moyens de vidéoprotection a confirmé qu’il s’agissait de son mari», a expliqué Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, lors d’une conférence de presse.

«Le suspect est un homme de 38 ans de nationalité afghane, mesurant 1,75 mètre. Il porte un tatouage sur l’épaule droite», a précisé le commissaire Charly Kmyta, chef de la sûreté départementale de Besançon. L’individu est soupçonné d’avoir tué son épouse, une Afghane âgée de 34 ans, mère de trois enfants de 9, 12 et 16 ans, mardi vers midi.

«Le suspect numéro 1»

«La victime a reçu plusieurs coups de couteau au niveau du torse et du cou. L’objet tranchant et pointu a entraîné sa mort par rupture de l’aorte», a-t-on appris de source policière.

Elle était hébergée dans un foyer pour victimes de violences conjugales après avoir porté plainte à plusieurs reprises contre son mari et avait fait l’objet en juillet d’une ordonnance de protection délivrée par un juge des affaires familiales, censée empêcher son mari de l’approcher.

Aucun de ses objets personnels n’a été volé lors de l’attaque. «Le caractère crapuleux de l’agression est exclu», a ainsi estimé Etienne Manteaux, faisant de son époux «le suspect numéro 1». «Toute personne susceptible de faire avancer l’enquête est invitée à contacter le commissariat de police de Besançon», a souligné Charly Kmyta.

Avec AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.