Le meurtre d’Eva Bourseau qui avait traumatisé les Toulousains revient sur le devant de la scène. Le corps de cette jeune étudiante avait été retrouvée en décomposition dans un bain d’acide en juillet 2015. A l’origine de cet homicide, une affaire sur fond de trafic de drogue entre jeunes qui se connaissaient.

Les meurtriers d’Eva Bourseau étaient d’abord jugés ce mardi pour trafic de drogue, un procès avant le procès prévu aux assises mi décembre. Ils étaient pour l’instant jugés pour la vente de LSD et de cocaïne. Ces deux jeunes hommes ont été condamnés chacun à un an et demi de prison ferme dans un premier temps.

L’histoire avait remué les Toulousains

Le 3 août 2015, le corps d’Eva Bourseau était retrouvé dans une malle, en partie dissous dans de l’acide chlorhydrique. Les meurtriers présumés se seraient inspirés de la série américaine Breaking Bad pour commettre ce crime. Il s’agit de trois brillants étudiants, qui sont aujourd’hui incarcérés, après être passés aux aveux.

Lors de la reconstitution le 20 octobre 2016, Taha l’étudiant marocain déçu par son échec à Polytechnique et Zach qui s’imaginait ingénieur ont recommencé les gestes du crime./ Archives DDM, Nathalie Saint-Affre

Quelques jours avant son décès, Eva se fait avancer 100 cachets d’ecstasy d’une valeur de 750 euros par un proche des deux garçons, un jeune homme surnommé «Le Chinois». Selon le récit de Taha, c’est cette personne qui leur aurait demandé de récupérer l’argent auprès de la jeune femme. Le soir du meurtre, Zack et Taha se rendent chez l’étudiante en art : tous trois bavardent, boivent et consomment de l’atropine, une molécule surpuissante utilisée par les médecins comme réanimateur cardiaque. En milieu de soirée, les deux compères quittent l’appartement de la jeune femme mais ont, selon leur récit, le sentiment qu’elle «ne les a pas pris au sérieux». Ils reviennent. Armés cette fois. Sans que l’on sache encore qui a asséné le coup fatal, la jeune femme est battue à mort. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.