Les 4 suspects interpellés dans le cadre de l’enquête sur le meurtre d’Eva Bourseau, dont le corps a été retrouvé dans une malle en plastique à son domicile de Toulouse, n’ont pas le profil des « meurtriers ordinaires ». 

« Si les bons élèves commencent à agir comme les mauvais, ça va devenir compliqué… » a témoigné un des magistrats en charge de l’affaire. 

Selon La Dépêche, il s’agit étudiants bien notés, poursuivant des études qui, pour au moins deux d’entre eux, s’annonçaient prometteuses. 

L’un d’eux, âgé seulement de 18 ans, déjà bachelier avec mention, est même un habitué des concours en tous genres où sa science du calcul et son intelligence remarquée faisaient merveille précise le quotidien. 

Le mobile du crime : une dette que la jeune femme aurait contracté auprès d’un de ces étudiants dealer. Ce dernier se serait rendu chez elle pour lui réclamer son dû, avant de la frapper à mort. 

Le 3 août 2015, le corps d’Eva Bourseau était retrouvé dans une malle, en partie dissous dans de l’acide chlorhydrique

Il aurait ensuite recruté trois autres camarades, deux jeunes hommes et une jeune femme, pour se débarrasser du cadavre. 

Ils se seraient inspirés de la série « Breaking Bad » où Walter White, un prof de chimie qui se lance dans la fabrication de méthamphétamine, demande à Jesse, son élève, de faire disparaître un corps. 

Dans la série, il demande à l’étudiant d’acheter dans un magasin de bricolage un grand bac en plastique et de l’acide fluorhydrique. Cette solution aqueuse est capable de dissoudre les matières organiques et osseuses, mais ne s’attaque pas au plastique. 

Deux bidons d’acide chlorhydrique vides ont été retrouvés dans l’appartement d’Eva Bourseau. Le corps de la victime installé dans une boîte de rangement en plastique, couvert d’un drap, a été arrosé d’acide. Ces produits ont accéléré la putréfaction du corps. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.