Octuple infanticide : La libération de Dominique Cottrez repoussé le temps de vérifications

Ancienne aide-soignante, Dominique Cottrez avait été condamnée en juillet 2015 à neuf ans de prison pour le meurtre de huit enfants entre 1989 et 2007.

Le tribunal d’application des peines d’Arras avait décidé début janvier que Dominique Cottrez, condamnée en juillet 2015 à neuf ans de prison pour huit infanticides entre 1989 et 2007, serait libérée le 22 janvier, sur décision du tribunal d’application des peines d’Arras rendue le 8 janvier dernier, la liberté de la mère de famille âgée de 53 ans devra à nouveau être soumise à débats. Il se trouve en effet que l’adresse de domicile fournie par Dominique Cottrez au moment du jugement ne correspond pas à celle où elle vit.

Or, le jugement conditionnait la liberté de Dominique Cottrez à certaines obligations. Outre l’interdiction de s’exprimer publiquement, la mère de famille n’est en effet pas autorisée à changer de domicile sans en informer l’autorité judiciaire.

« Engrenage ».

Pendant près de vingt ans, elle avait caché ces meurtres à sa famille. À son procès en 2015, l’ancienne aide-soignante, âgée aujourd’hui de 53 ans, avait expliqué être « prise dans un engrenage :

je n’avais pas d’autre solution. Chaque fois, j’espérais que le bon Dieu ferait quelque chose, un miracle. Que quelqu’un me dise : ‘Tiens, tu es enceinte’. Peut-être que j’aurais parlé, que ça m’aurait fait un déclic et qu’on m’aurait soignée », comme elle le déclarait en janvier 2015 à La Voix du Nord.

Formation en hôtellerie. Elle a suivi une formation dans le secteur de l’hôtellerie pendant sa détention entre juillet 2015 et aujourd’hui, précise L’Obs :

« Aucun élément dans la procédure ne permet de douter que l’intéressée sera en mesure, en poursuivant des démarches actives, d’obtenir à court terme un emploi, une formation professionnelle ou une activité bénévole. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.