Nordahl Lelandais, et son penchant homosexuel, un axe d’enquête pour la justice

Mis en examen pour meurtre dans deux affaires, Nordahl Lelandais fait l’objet de vérifications dans quinze dossiers différents. L’homme de 34 ans fréquentait des sites de rencontres homosexuelles, ce qui intéresse la justice.

C’est sans doute la part la plus mystérieuse du profil de Nordahl Lelandais que les gendarmes sont en train d’examiner. Ils ont découvert, au fil de leurs investigations sur le meurtre et la disparition de la petite Maëlys, 9 ans, à Pont-de-Beauvoisin (Isère), et sur l’assassinat du caporal Arthur Noyer, 23 ans, à Chambéry (Savoie) en avril 2017, qu’il avait une fréquentation très assidue de sites de rencontres homosexuelles.

Un travail de titan pour les enquêteurs car il faut retrouver des listes interminables de contacts et des échanges de messages sur des forums. Les gendarmes veulent savoir notamment si ces rencontres auraient pu déboucher sur des rendez-vous.

LIRE AUSSI >Quinze dossiers où la justice vérifie le rôle de Nordahl Lelandais

L’objectif est clair : il s’agit d’identifier des partenaires éventuels de l’ex-maître-chien pour mieux cerner son profil et son comportement avec ces hommes. L’enquête doit établir si, parmi ces contacts, il n’y a pas aussi des personnes portées disparues depuis. Un travail de longue haleine.

Car la bisexualité de Nordahl est un tabou cadenassé qu’il n’aurait jamais avoué à ses proches. S’il a bien eu des aventures féminines, et dès son plus jeune âge comme avec Delphine qui le décrit comme « un garçon doux » et « gentil », « incapable de faire du mal », il a aussi approché des hommes plus tardivement pour des relations souvent furtives. Toute l’enquête technique sur les supports informatiques doit retracer la vie intime de l’ex-maître-chien.

Un homme affirme avoir été abordé par lui en boîte de nuit

Un élément troublant est venu récemment alimenter cet axe d’enquête. Un homme s’est présenté dans une brigade de gendarmerie en région parisienne, assurant avoir reconnu Nordahl Lelandais comme étant l’inconnu qui l’avait abordé dans un établissement de nuit à Chambéry. Il a décliné ses avances à plusieurs reprises avant de partir. Mais le même homme a eu la surprise de découvrir que celui qu’il désigne bien comme Nordahl Lelandais l’avait suivi en voiture pour le relancer sur une aire d’autoroute de la région où il s’était arrêté. Une aire d’autoroute identifiée comme celle du Guiers sur l’A 43, connue pour être un lieu de rendez-vous sur des forums spécialisés. Elle se trouve aussi à proximité immédiate de la sortie de l’autoroute pour rejoindre Domessin, où vivait Nordahl Lelandais.

Ce scénario s’apparente au mode opératoire présumé de la disparition du caporal Noyer, sans doute pris en stop par son assassin à la sortie de la boîte de nuit en avril dernier.

Source le Parisien 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.