Procès Fiona: la demande de renvoi rejetée par la Cour d’assises.

La cour d’assises de Haute-Loire rejette la nouvelle demande de renvoi formulée par défense de Cécile Bourgeon qui mettait en cause un apéritif pris la semaine dernière par le président Etienne Fradin et certains conseils des parties civiles.

 

La cour d’assises de Haute-Loire a rejeté ce lundi matin la nouvelle demande de renvoi formulée par les avocats de Cécile Bourgeon du procès en appel de celle-ci et de son ex-compagnon Berkane Makhlouf, rejugés pour la mort de Fiona en 2013, après une « rencontre inopportune » entre le président de la cour d’assises de Haute-Loire et certains avocats.

La défense mettait en cause un apéritif pris la semaine dernière par le président Etienne Fradin et certains conseils des parties civiles. Ces derniers dénoncent en retour « des manœuvres » pour faire capoter l’audience.

L’avocat général, Raphaël Sanesi de Gentile, s’est opposé à cette demande. Et donc après une brève suspension, la cour d’assises l’a rejetée.

Les débats ont repris avec la lecture de l’audition d’un témoin par le président Fradin. Mais toujours en l’absence de Cécile Bourgeon – elle avait déjà fait défaut vendredi.

Je ne veux pas fuir comme Cécile, me cacher

Berkane Makhlouf, son ex-compagnon qui lui a toujours été présent dans le box, ne voulait pas non plus d’un renvoi.

La semaine dernière, les deux accusés s’étaient une nouvelle fois accusés mutuellement de violences sur la fillette, mais sans porter d’accusation directe sur les faits fatals à l’enfant pour lesquels ils sont rejugés.

« Fiona mérite un jugement, que le procès aille jusqu’au bout. Je veux assumer ma responsabilité. Je ne veux pas fuir comme Cécile, me cacher. Je fais confiance à mes avocats. Je fais confiance à la justice même si j’ai des doutes parfois. J’ai de la violence en moi mais je n’ai jamais frappé Fiona », a répété Makhlouf ce lundi.

 

Source le JSL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.