Des tests ADN ont été pratiqués et ont révélé que ces restes humains appartenaient à Erica Parsons, une jeune fille de 13 ans portée disparue depuis 2011.

Le rapport d’autopsie révèle que son nez, sa mâchoire, ses doigts, son bras droit, mais aussi neufs de ses côtes et plusieurs vertèbres portent des traces de fractures.

Ces nombreux os brisés montrent que la victime était régulièrement battue.

Quant à la cause du décès, elle reste un mystère. L’ancienneté du squelette ne permet pas de déterminer les raisons précises du décès. Mais tout porte à croire qu’elle a succombé à une morte violente.

La petite taille du squelette et la faible densité de ses os nous amène à penser la jeune Erica Parsons était mal nourrie, peut-être même affamée.

Erica a été adoptée par ses oncle et tante à l’âge de 5 mois. Ses frère et soeur adoptif ont expliqué qu’Erica était frappée à coups de ceinture, séquestrée ou encore étranglée par ses parents adoptifs.

Une enquete sociale a également prouvé que la jeune fille n’était plus retrournée chez le médecin depuis ses 6 ans, époque à laquelle le pédiatre s’inquiétait déjà pour ses “soucis de croissance” et son état de “malnutrition”.

Casey et Sandy Parsons, déjà condamnés pour déclarations mensongères après avoir accepté une pension de dédommagement pour la disparition de leur fille adoptive, pourraient être dans les prochains jours accusés de maltraitance ou même d’homicide volontaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.